nos tutelles

CNRS

nos partenaires

nous suivre

Rechercher





Accueil > Le Laboratoire > Présentation par la Directrice

Bienvenue

par Dernière mise à jour - publie le , mis a jour le


Bienvenue sur le site du Laboratoire d’Economie et de Sociologie du Travail situé à Aix en Provence (France).

Voici une présentation du LEST que vous propose Ariel Mendez, Directrice du Lest, Professeur des Universités, Chercheur en Sciences de Gestion, afin de faire plus ample connaissance avec notre laboratoire.

Contact : Ariel Mendez

Qui sommes nous ?

Le Laboratoire d’Economie et de Sociologie du Travail (LEST) est Unité Mixte de Recherche du CNRS et de l’Université d’Aix-Marseille.


A l’origine, le LEST était une unité propre de recherche du CNRS. Il a été créé en 1969 en vue de renforcer la recherche fondamentale française intéressant le travail et son évolution.

Il a toujours pour ambition de contribuer au développement de la recherche en sciences humaines et sociales sur le travail, l’emploi, la formation et l’innovation.

Positionnement épistémologique et méthodologique


Depuis sa création, le LEST s’est régulièrement renouvelé sur le plan des individus et des objets de recherche. Il s’appuie cependant toujours sur quelques principes méthodologiques auxquels ses membres sont très attachés :

  • interdisciplinarité :

Le laboratoire a eu dès sa création comme originalité de s’appuyer sur une perspective bi-disciplinaire (économie et sociologie). Il repose aujourd’hui sur une interdisciplinarité élargie : économie, sociologie, sciences de gestion, science politique, droit. Les disciplines ne se contentent pas d’exister côte àcôte au laboratoire. Les opérations et les programmes de recherche sont fondés sur leur combinaison et leur articulation. Cette interdisciplinarité se matérialise dans de nombreuses co-publications.

  • pluralisme méthodologique :

Il s’agit, grâce à la complémentarité des méthodes et des données quantitatives et qualitatives, de rendre compte de configurations émergentes. L’expérience montre que la combinaison des outils statistiques disponibles et des méthodes d’analyses qualitatives permet de décrire des phénomènes ou des configurations et, dans le même temps, d’en saisir la dynamique et le fonctionnement.

  • un principe comparatif à différentes échelles.

La comparaison peut porter sur différentes populations, organisations, périodes. Le laboratoire a construit sa renommée sur la comparaison internationale, en particulier sur la méthode de l’analyse sociétale qui représente une avancée conceptuelle et méthodologique par rapport aux approches des comparaisons internationales de type fonctionnaliste et culturaliste.

  • un principe de contextualisation.

Nombre de recherches du laboratoire accordent une grande place àla question des contextes, notamment temporels, et privilégient autant que possible une approche processuelle, longitudinale, des phénomènes étudiés.

  • un principe d’itération entre empirisme et théorie.

Les travaux du laboratoire sont nourris de recherches empiriques reposant sur le recueil et l’exploitation de données quantitatives et qualitatives. Le laboratoire développe de nombreuses collaborations avec les acteurs divers de la vie économique et sociale.

  • les organisations

Et notamment, l’entreprise, restent un lieu d’observation privilégié, àla fois productrices et réceptacles des mutations de la société de marché. Selon la logique méthodologique de l’analyse sociétale, l’entreprise n’est pas conçue comme un « nœud de contrats » mais bien comme un acteur collectif.

Un projet scientifique autour de la recomposition des normes de travail, d’emploi et de compétences


Le projet scientifique du LEST s’organise autour de la question de « la recomposition des normes de travail, d’emploi et de compétences ».

En effet les sociétés actuelles sont confrontées à des transformations, voire à des mutations qui, « souvent associées à des crises d’efficience et légitimité, s’appuient sur une redéfinition constante des modalités de coordination et d’échange ». La tendance est de plus en plus souvent au développement des référents marchands qui, dans une perspective normative, est communément présenté comme le meilleur moyen de « moderniser » la société et justifie, à titre d’interrogation, la référence à l’expression de « société de marché ». Les recherches montrent qu’il ne s’agit pas d’un simple effet de rhétorique comme l’expriment la déstabilisation des marchés internes « à la française », la redéfinition des frontières du public et du privé en matière de recherche, la mise en cause de la pertinence des statuts, notamment publics, ou encore la déstabilisation de la catégorie sociale de référence, « les cadres ».

Le thème de « la recomposition des normes de travail, d’emploi et de compétences » permet donc d’aborder des questions essentielles relatives à la compréhension du fonctionnement actuel des marchés du travail français et étrangers, en s’appuyant sur des relations établies entre les acteurs et les organisations qui interviennent dans leur fonctionnement. Ces normes font l’objet d’un important travail social dans différents registres - représentations, règles, instrumentations, mises en œuvres concrètes - qui inter-agissent les uns avec les autres suivant des modalités très diversifiées et souvent contradictoires.

Les interdépendances croissantes entre les recompositions observables dans la société productive française et les dynamiques internationales ont récemment conduit le laboratoire à interroger frontalement la recomposition des normes de travail, d’emploi et de compétences dans la perspective de la mondialisation, étant entendu que la mondialisation n’est pas envisagée comme un objet à étudier en soi, mais plutôt comme un vecteur des recompositions. Se pose également de façon accrue la question de la « soutenabilité » des transformations en cours, c’est-à-dire de la qualité et de la viabilité économique, sociale et environnementale de ces recompositions, à l’échelle mondiale mais aussi nationale, régionale et locale.

Organisation scientifique


La mise en œuvre de ce projet repose sur deux Programmes qui s’appuient pour une part significative sur des opérations de recherche élaborées dans le cadre de réponses à des appels d’offres.

Chaque programme fonctionne comme une équipe thématique aux frontières poreuses. Leur vocation est de faciliter la production et la valorisation scientifiques mais également l’intégration des nouveaux entrants au laboratoire, qu’ils soient doctorants ou chercheurs confirmés.
Certaines de ces opérations de recherche sont pluriannuelles et structurent de plus en plus le fonctionnement des programmes.
Ainsi, les équipes du LEST sont-elles engagées dans de nombreuses recherches que ce soit sur les questions de migrations internationales, de fabrique de la qualité académique, sur la prévention des risques psychosociaux, la dynamique des marchés internes, les bifurcations biographiques ou encore sur la gestion des compétences dans les réseaux de sous-traitance des PME.

- Programme A : Innovations et nouveaux modèles d’Organisations

- Programme B : Marchés du travail, professions, parcours

En complément du travail réalisé dans les programmes, le Séminaire Général qui se tient mensuellement renforce la mise en cohérence des travaux réalisés au laboratoire, et assure la production et la circulation des connaissances entre les deux Programmes pour alimenter la problématique générale du projet scientifique. Enfin, fondés sur une formule souple et transversale, des « ateliers » de recherche ont pour objectif de susciter des avancées conceptuelles et théoriques en les liant à des innovations méthodologiques.

Ressources humaines et partenariats


Aujourd’hui, le LEST comprend une quarantaine de chercheurs ou enseignants chercheurs, une dizaine de personnels administratifs et techniciens de recherche et une quarantaine de doctorants et post-doctorants. Le lest bénéficie d’un important staff ITA dont il faut souligner l’engagement dans le fonctionnement du laboratoire.

Depuis quelques années, le LEST a bénéficié d’un important recrutement de jeunes enseignants-chercheurs. Ces renforts sont un des résultats des coopérations actives et soutenues avec les composantes et instances concernées des Universités de tutelle. Ils viennent conforter l’ambition du laboratoire et son positionnement dans son champ de recherche interdisciplinaire.

Ces « renforts » individuels sont d’ailleurs facilités par la mise en place de cadres de coopérations collectives, voire institutionnalisées, au niveau local mais également national et international. L’activité et l’attractivité du laboratoire sont de plus en plus fondées sur l’engagement dans des partenariats en réseaux qui accroissent sa visibilité et alimentent dans le même temps la dynamique scientifique collective.

Un double ancrage local et international


Le laboratoire et ses membres sont ainsi largement actifs dans divers lieux d’échange scientifique locaux, nationaux et internationaux. Le laboratoire a construit de nombreux partenariats productifs avec des universités et des équipes européennes, nord et latino-américaines, japonaises...). Qu’il s’agisse du Japon, du Canada ou encore de l’Amérique Centrale et Latine, les relations que le laboratoire développe avec ses partenaires sont inscrites dans la durée et l’interdisciplinarité. Elles s’appuient sur des échanges de chercheurs, de doctorants ou de post-doctorants et se concrétisent de plus en plus par des publications académiques internationales.
Ces coopérations permettent d’aborder les recherches sur la base de comparaisons internationales.
Depuis 2011, le LEST est membre du Laboratoire d’Excellence LabexMed, piloté par la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme, qui associe 15 UMR de l’Université d’Aix-Marseille.
Le Lest est également Centre Associé Régional du Centre d’études et de recherches sur les qualifications (Céreq) pour les régions Corse et PACA.
Le LEST est enfin membre fondateur du Pôle Régional Travail qui réunit six structures de recherche, d’études, de formation et d’intervention implantées en région PACA dans le but de devenir une référence et une ressource pour tous les acteurs concernés par le travail, l’emploi et la formation en Région.

L’enseignement et la recherche


La présentation du projet scientifique ne serait pas complète sans mentionner l’engagement du laboratoire dans l’enseignement et la formation doctorale.

Les chercheurs et enseignants-chercheurs du laboratoire sont très actifs dans l’animation de deux Masters de l’Université d’Aix-Marseille (« Sociologie » et « Ressources Humaines et Management responsable des organisations »). Le LEST est également membre de deux écoles doctorales (Sciences Economiques et Gestion ; Espaces, Cultures, Sociétés). Le laboratoire prend très au sérieux la question de l’encadrement doctoral. Dans cette perspective, les deux écoles doctorales constituent une ressource tout à fait précieuse.

Le laboratoire est d’ailleurs très attentif à la qualité de l’encadrement des doctorants. Aux espaces d’échange et de valorisation mentionnés précédemment, s’ajoute depuis plusieurs années le séminaire mensuel des doctorants qui accompagne l’avancement des thèses menées au Lest et accueille chaque mois un invité extérieur. Le laboratoire a, de plus, mis en place depuis plusieurs années une procédure de suivi collectif des thèses : les comités de suivi qui comprennent, outre le directeur de thèse, deux chercheurs référents qui sont des personnes ressources pour le doctorant. L’insertion professionnelle des docteurs formés au LEST est d’ailleurs excellente !

Plaquette de présentation du LEST